logo-journal-du-net

A Plus Finance dans un mouvement d’ampleur: le Web français a levé 163,4 millions d’euros en juin, en hausse de… 643%

Les start-up du Web français ont connu un moi de juin exceptionnel avec 163,4 millions d’euros recueillis.

L’application Cheerz, qui se place en 6ème place du classement des plus importantes levées de fonds avec 6 millions d’euros investis, a pu compter sur les fonds d’investissement Serena Capital et A Plus Finance, et des business angels dont Xavier Niel, Julien Codorniou et Jean-David Blanc (fondateur d’Allociné). Cheerz est une application mobile d’impression de photos, créée en 2012 par Aurélien De Meaux et Antoine Le Conte. Pour ce dernier, « la photographie,est devenue une tendance sociétale. Cheerz est une application mobile (iOS et Android), qui propose des impressions directement à partir de son mobile ou de photos partagées sur Facebook et Instagram… » La prometteuse start-up s’inscrit dans un mouvement de bonne santé générale du web français, dans lequel A Plus Finance veut jouer un rôle d’acteur moteur.

Après un beau mois de mai qui a vu les start-up hexagonales lever 95,5 millions d’euros, notamment grâce au tour de table d’au moins 60 millions de Showroomprivé, le moi suivant a donc fait exploser les compteurs avec des sommes dignes de la Silicon Valley. 36 opérations ont permis de recueillir 163,4 millions d’euros en juin, contre 22 millions d’euros en 2014 sur la même période.

La levée de fonds la plus importante est celle de Believe Digital avec 60 millions de dollars (54,3 millions d’euros); ce service de musique en téléchargement et en streaming profite d’un secteur qui se transforme chaque jour comme en témoignent  les derniers échanges entre le leader international Spotify et la chanteuse Taylor Swift au sujet de la rémunération des artistes. Aux deuxièmes et troisièmes places du classement on trouve le domaine de l’IoT (Internet of Things) avec 22 millions pour le réseau dédié Actility et 10 millions pour Oowisio.

Les VC américains sont enthousiastes

Il n’est plus rare aujourd’hui qu’un jeune entrepreneur français séduise un fonds américain. Une évolution logique au vu de l’internationalisation des start-up françaises qui rêvent au-delà du Vieux continent. Cheerz, par exemple, réalise aujourd’hui 30% de son chiffre d’affaires à l’international. L’entreprise est présente en Espagne, Suisse, Belgique et au Royaume-Uni. Une internationalisation qu’A Plus Finance considère comme essentielle dans le secteur ultra-compétitif de l’innovation. La Ruche a ainsi levé 8 millions d’euros auprès notamment de Union Square Ventures et Sketchfab a convaincu Firstmark Capital.