Parisien Aujourd'hui

A Plus Finance dans Le Parisien au sujet des emprunts obligataires

Ce matin, Le Parisien – Aujourd’hui en France consacre un article au financement alternatif des PME par les emprunts obligataires. En effet, de plus en plus d’entreprises privilégient ce mode de fonctionnement au financement par les banques, ou l’émission d’actions. Fabrice Imbault, Directeur général d’A Plus Finance précise « De plus en plus de chefs d’entreprise de PME très attachés au capital, ont conscience de sa valeur et cherchent à éviter de se faire diluer. C’est souvent le cas pour les jeunes sociétés innovantes qui ont des perspectives de croissance très rapides. »

La situation économique est aussi favorable à ce détournement du financement classique. « Depuis la crise financière, les PME affectées par la baisse des financements bancaires se tournent davantage vers des solutions désintermédiées » explique Fabrice Imbault. Et pour se faire, certains font appel à A Plus Finance. C’est le cas de Pavel Strebe, fondateur du groupe Protec, société spécialisée dans l’analyse des polluants dans les bâtiments, le développement d’instruments de mesure (d’amiante, de plomb) et la vente d’équipements spécialisés. En 2012, après s’être étendu à Marseille et à Palaiseau, le groupe envisage une acquisition en Amérique du Nord et fait appel à A Plus Finance pour lever 2 millions d’euros en obligations convertibles. Si le taux du prêt est plus élévé qu’un prêt bancaire classique (10 à 15%), cette opération a permis au groupe de bénéficier d’une prêt participatif complémentaire de la part de BpiFrance qui injecte 1,5 millions d’euros à ce projet ainsi qu’un accompagnement d’A Plus Finance dans cette démarche. Depuis la société affiche une croissance organique de 20% par an et a poursuivi son internationalisation avec l’ouverture d’une filiale en Angleterre.